Skip to main content

Renforcement des capacités dans les territoires du Nord

L’ACSEF a créé le poste de coordonnatrice régionale du Nord pour le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut afin de combler une lacune mise en valeur par le projet Briser le cycle. Comme il n’y a pas de Sociétés membres dans ces trois territoires, l’ACSEF a estimé qu’il était important de développer des liens avec les gouvernements et les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuit, les organismes autochtones locaux et les organismes à but non lucratif qui soutiennent actuellement les femmes et les personnes de diverses identités de genre criminalisées vivant dans les territoires du Nord.

Notre coordonnatrice régionale du Nord, basée à Whitehorse, travaille actuellement sur plusieurs projets avec des organismes locaux du Yukon. L’ACSEF s’est associée au Yukon Status of Women’s Council (YSWC) pour réaliser une étude de cas permettant d’explorer les possibilités de libération conditionnelle dans la collectivité qui s’offrent aux femmes et aux personnes de diverses identités de genre autochtones purgeant une peine fédérale au Yukon. Ce projet est financé par le Programme de contestation judiciaire du Canada. L’étude de cas se penche sur la disparité des services offerts aux hommes et aux femmes sortant de prison, pour déterminer si cette disparité constitue une discrimination de genre en vertu de l’article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés. L’ACSEF et le YSWC publieront leur étude de cas en même temps qu’une note juridique préparée par Vincent Larochelle, avocat au Yukon.

L’ACSEF travaille également à démêler les questions de sécurité communautaire liées à la Loi visant à accroître la sécurité des collectivités et des quartiers (SCAN) du Yukon. Cette loi permet aux membres de la collectivité de signaler aux autorités de la SCAN des activités suspectes présumées, telles que le travail du sexe, le trafic de drogue et la contrebande d’alcool. Les agents de la SCAN peuvent enquêter sur les plaintes relatives à l’activité présumée et les traiter en dehors du système de justice pénale. L’article 3(2) de la Loi permet de régler des plaintes au moyen de la résiliation d’un bail par le propriétaire des lieux, en donnant au locataire un préavis de seulement cinq jours, peu importe les termes du bail. Si la SCAN touche de manière disproportionnée les personnes marginalisées, elle est appréciée par certaines communautés du territoire. Dans le cadre de ce projet, l’ACSEF ira à la rencontre des communautés concernées pour savoir comment elles sont touchées par la SCAN et en quoi l’ACSEF peut soutenir la mise en œuvre d’autres pratiques de sécurité communautaire.

L’ACSEF a actuellement trois demandes de financement en cours avec Pauktuutit Inuit Women of Canada, la Société Elizabeth Fry du nord de l’Alberta et Liard Aboriginal Women’s Society. Bien que les restrictions causées par la COVID-19 aient limité notre capacité à bâtir en personne des relations de confiance dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut, l’ACSEF espère qu’il sera possible au courant de 2022 d’effectuer des visites communautaires en toute sécurité.